A chaque pièce, sa fonction…
Et à chaque fonction, son éclairage !

Apprenez comment éclairer chaque pièce de votre maison. Qu’il s’agisse de pièce de vie ou d’endroit de passage, y voir clair est important !
Qui n’a jamais râlé de ne rien voir dans la cave en cherchant ses décos de Noël ?! Ou pire, l’ombre de son bras qui cache la feuille sur laquelle vous êtes en train d’écrire au bureau.


Commençons par lui, le bureau
Certes, un apport lumineux général depuis le plafond est nécessaire. Il baignera la pièce dans un halo lumineux doux qui atténuera les effets négatifs des écrans sur vos jolis yeux… Mais, pour le suppléer, il sera indispensable de prévoir une lampe de bureau à déposer sur la table et à diriger et/ou déplacer au fil de la journée (et de la nuit).
Attention, dans le cas où votre bureau serait installé dos au plafonnier, un lampadaire sera le bienvenue face à vous. A l’inverse du plafonnier, il dirigera sa lumière vers le plafond. Celle-ci sera reflétée et vous y verrez clair, sans ombre gênante !

Conseil d’ampoule ! 
Il existe, en LED, deux paramètres à observer pour bien choisir vos ampoules : Lumen et Kelvin. 
Le premier représente la puissance lumineuse de l’ampoule.
Le second, quant à lui, indique la coloration de la lumière qu’elle dégagera (du blanc froid au blanc chaud). 

   

Dans le cas d’un bureau, on privilégiera des ampoules dont va valeur K se situe entre 3000 et 5000, l’équivalent d’un blanc neutre. Les couleurs de vos objets ne seront pas déformées et vous y verrez suffisamment.
En terme de lumen, faites votre choix dans une fourchette allant de 3000 à 6000 lumen pour votre bureau.

Attention, si vous multipliez les points lumineux, divisez la puissance en lumen, sous peine de trop éclairer… Ainsi, additionnez les lumen des ampoules pour obtenir maximum 6000 dans le bureau !


Autre pièce à ne pas négliger en terme de luminosité : la cuisine !
En ce qui concerne l’apport lumineux général, faites vous plaisir ! Choisissez le lustre, les spots encastrés ou le plafonnier qu’il vous plait. Celui-ci ne sera pas décisif pour obtenir un bon résultat.
En revanche, les lumières dirigées seront indispensables. Pensons notamment aux plans de travail, souvent sous-éclairés… Eux, ont besoin de luminaires adaptés comme des rails LED ou des minis-spots encastrés dans le mobilier haut. Il vaudra mieux multiplier un éclairage léger plutôt que de miser sur un minimum de points lumineux puissants.
Ainsi, comptabilisez entre 5000 et 10.000 lumen pour obtenir l’éclairage souhaité. La fourchette est grande… petite cuisine, petite puissance; grande cuisine, grande puissance.
Pour la température de la lumière, il sera préférable de miser sur des ampoules entre 5000 et 8000 Kelvin. Suffisamment blanc pour que vous y voyez clair sans avoir l’impression de traverser un couloir d’hôpital…


Que vous mangiez dans une salle à manger indépendante ou sur une table adossée à la cuisine, la façon d’éclairer la table est universelle :
Dirigez les points lumineux du plafond vers la table. Que vous choisissiez un lustre géant ou une multitudes de suspensions, le but est de voir ce qu’il y a sur la table et les gens autour d’elle.
Optez, par contre, pour des ampoules à température plus chaude (petit truc : on est toujours plus beau sous le blanc chaud qui atténue le relief). Veillez donc à acheter des ampoules possédant un Kelvin entre 2200 et 3200 et totalisez des lumen entre 3000 et 6000.


Au niveau du salon,
il faudra d’abord préciser son utilisation. Par cela, on entend TV, lecture, apéro,… Selon l’utilisation que vous faites de cette pièce, son éclairage pourra changer.

Par exemple, dans le cas d’une grande utilisation de la TV, il est fortement conseillé de placer derrière ou sur le côté de celle-ci, une lampe d’appoint à bas lumen et d’un blanc très chaud pour contre-balancer la lumière bleu qu’elle vous envoie.
Si, par contre, vous aimez plutôt lire dans le coin du canapé, prévoyez-y un lampadaire dirigeable avec une ampoule au niveau de lumen un peu plus élevé (+/- 3000) donnant un blanc neutre, comme dans le bureau.
Pour ce qui est du plafond, évitez les spots dirigés vers le canapé. Il y aura toujours quelqu’un qui recevra la lumière dans les yeux… Préférez plutôt un lustre d’ambiance associé à une ampoule de lumen entre 1500 et 3000 et de kelvin entre 2700 et 4800.


Pour les pièces de nuit comme les chambres,
il est évident que vous opterez pour des ampoules à blanc chaud. A titre informatif, un kelvin à 1900 correspond à la couleur d’une bougie…
Le choix du type de luminaire ou de la puissance en lumen de l’ampoule dépendra de l’utilisation que chacun fait de sa chambre. Les chambres d’un bébé, d’un ado ou d’un couple parental seront uniques et éclairées de façon personnalisée, selon les besoins.


Avez-vous remarqué que les couloirs sont souvent mal éclairés ?
Soit éblouissant la nuit, soit trop sombre le jour… Adoptez la recette qui suit pour mettre fin à ce sacrilège !
1/ Utiliser un éclairage indirecte : les contre-marches d’un escalier, le dessous des étagères, le contour des décorations murales originales,…
2/ Ajouter des appliques murales : avec des ampoules plus puissantes que les rails LED, elles offriront un éclairage général au couloir.
3/ Choisissez des ampoules en fonction de l’apport de lumière naturelle et des dimensions du couloir. Nul besoin d’installer le projecteur du terrain de foot du coin pour éclairer 6m² !


Les garages, greniers et caves sont, quant à eux, souvent laissés pour compte.
Munis d’une ampoule pendante au bout d’un câble, vous n’y voyez rien à part votre ombre… Pas fort utile tout ça !
Optez donc pour des ampoules donnant un total de lumen entre 4800 et 7500. Il semble compréhensible qu’installer un faux-plafond muni de spots encastrés n’est pas la priorité dans le budget des travaux mais il existe des solutions adaptées moins coûteuses qui vous permettront d’arrêter de vous cogner la tête à cette fichue poutre !
Quant au Kelvin, on utilisera plutôt un blanc froid qui éclairera mieux ce que vous cherchez.